Navigation Menu
FujiYoshida

FujiYoshida

By on 13 novembre 2010 in Japon | 0 comments

Carnet de route de la journée du 03/11.

Après un petit déjeuner traditionnel japonais dans une salle commune, nous nous sommes mis en route vers FujiYoshida.

Située au pied du mont Fuji, cette petit ville est prise d’assaut l’été lors de la période d’ascension du Fuji-San, mais beaucoup plus calme en dehors de cette période comme nous l’a confirmé la gérante du Youth Hostel.

Sur le chemin, nous sommes passé de la montagne à la plaine pour revenir à la montagne, et avons emprunté pour la première fois l’autoroute ! Le contraste est vraiment saisissant, entre des petites routes limitées à 40-50km/h sur lesquelles il faut vraiment serrer le bas coté pour se croiser, et des grandes autoroutes limitées à 80km/h mais ou tout le monde roule à 120… Pour autant, nous ne nous sommes jamais trop sentis en difficulté, que ce soit dans la montagne ou sur l’autoroute.

Le surprise du trajet fut la découverte de l’aire d’autoroute « le petit Prince », proposant des sandwichs français, des plats chauds bizarroïdes à la française. Précisons que des citations du petit prince décoraient les murs, dont certaines approximatives (en franponais en quelque sorte). Nous avons bien sur immortalisé ce moment et avons repris la voiture pour nous arrêter à une aire plus classique pour y manger une soupe de nouille (oui, encore une). Les photos feront l’objet d’un billet séparé.

Un plein dans une petite station service tenue par oji-san et oba-san plus tard, nous sommes arrivés à FujiYoshida. Quand le temps s’y prête (grand soleil), voir le mont Fuji grossir au fur et à mesure que l’on s’en rapproche est une expérience assez incroyable ! Une sérénité particulière se dégage de cette montagne qui pourtant n’est pas particulièrement jolie si on lui enlève son sommet enneigé.

Grâce à l’aide d’une japonaise croisée dans la rue, nous avons pu localiser le Youth Hostel, perdu dans une petite ruelle typique du quartier accessible à pieds uniquement (d’où la légère approximation du GPS, mais bon, vu les services qu’il nous rend il est tout pardonné), et garer la voiture pour aller nous balader dans le sanctuaire du coin.

Apercevant une japonaise, nous nous dirigeons vers elle pour lui demander le chemin et là, en à peine une seconde tout bascule… nous voilà alpagués et emmenés vers une sorte de salle municipale ou se déroule une expo d’objets faits main, invités à en faire le tour rapidement car c’est la fin de l’expo, à s’assoir à une table un peu plus loin sur laquelle étaient disposées plusieurs préparations culinaire et à déguster un bol de « soupe de haricots rouges » avec deux mochi dedans (mochi = gâteau en pâte de riz)… N’ayant pas vraiment faim, on les a quand même mangés vu la joie que ça procurait à nos hôtes improvisés.

Ne sachant toujours pas ou se trouvait le sanctuaire qui nous a valu cette histoire de dingue, nous demandons donc la direction à notre hôte et… à votre avis, que c’est il passé ? Elle nous à accompagnés sur les 1.5km de chemin menant au temple, alpaguant toutes les personnes que nous croisions en leur expliquant que nous étions français et que nous avions vu l’expo, nous a expliqué comment nous purifier une fois arrivé au temple, a réquisitionné le « responsable » du temple pour qu’il nous fasse la visite et enfin nous a quitté car elle devait s’occuper de la fermeture de l’expo. Le pauvre « responsable » tout embêté et ne parlant pas anglais nous a expliqué comment saluer les kami du temple et nous a invité à nous balader par nous même, tout heureux qu’on le quitte en le remerciant 😉

Un excellent souvenir que cette aventure, et un bon exemple de l’accueil et et la générosité des japonais ! Compte tenu de l’excitation d’energiser-san, notre visite va certainement alimenter les conversations pour un bon bout de temps !

N’ayant pas encore mangé de sushis depuis notre arrivée, et puisqu’un sushi-ya (recommandé par energiser-san) jouxte l’hôtel, nous avons diné à moins de 10m de notre logement et savouré de délicieux sushis dont la finesse du goût du poisson est vraiment sans commune mesure avec les restau japonais que l’on trouve chez nous. Belle façon de conclure cette journée riche en découvertes et « aventures ».

Prochaine étape : Inuyama…

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *